Un premier hôtel robotique

04 Août 2015 par Béatrice St-Cyr-Leroux

Un premier hôtel robotique

Une réceptionniste à l’air plastique, un bagagiste qui roule, un dinosaure articulé qui prend les réservations, des bras mécaniques et des écrans tactiles : voici ce qui vous attend au nouvel hôtel Henn-na, le tout premier hôtel presque essentiellement géré par des robots.

Ouvert le 17 juillet dernier, cet hôtel japonais se trouve dans un parc d’attractions de Sasebo, dans le sud du Japon.

L’expérience commence à l’accueil, où une réceptionniste androïde souhaite la bienvenue aux clients, mais les redirige bien vite vers des écrans tactiles afin qu’ils s’enregistrent eux-mêmes. Puisqu’il est plutôt complexe de converser avec un robot…

Robot

Pourtant, la directrice de la communication d’Aldebaran, l’entreprise française qui a commercialisé un des robots, assure que « c’est une manière de tâter le terrain. Ça va s’enrichir par la suite, on pourra peut-être par exemple avoir un dialogue avec Nao, qui sait déjà le faire. » Nao est un robot français qui sait écouter et parler.

Parmi les autres créatures qui peuplent les lieux, un robot roulant apporte les bagages dans une des 72 chambres, qui s’ouvrent par reconnaissance faciale. Ensuite, une fois arrivé dans la chambre, un petit robot à l’allure enfantine, baptisé Tuly, allume ou éteint les lumières si on le lui demande, puisqu’il n’y a aucun interrupteur. Tuly est également capable de répondre à des questions simples, portant sur la météo, par exemple.

Et pour le vestiaire, un énorme bras mécanique se charge de ranger dans des petites boîtes les objets confiés par les clients.

Robot1

Une nuitée dans cet hôtel futuriste coûte environ 9 000 yens, soit 95$, ce qui n’est pas très cher considérant la technologie exploitée. Toutefois, il faut prendre en compte que les robots n’ont besoin ni de salaires, ni de congés et sont donc exploitables 24h/24h, 7 jours sur 7. Plutôt pratique!

Sachez cependant que l’hôtel n’est pas entièrement géré par des robots puisqu’ils ne sont pas capables de faire les lits et que des gardes de sécurité humains sont requis pour s’assurer qu’aucun client ne décide de se ramener un souvenir robotique..!


Source : Le Monde

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informé!

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE VIAGO

Recevez des chroniques, des concours et plus encore!

Suivez-nous sur

  • Facebook
  • Instagram