Village Monde : un «  Airbnb rural  » et équitable

Par Nathalie Schneider
Mise à jour le 24 Juil 2017

Village Monde : un «  Airbnb rural  » et équitable

Développer le microtourisme solidaire et responsable dans des villages aussi exotiques qu’authentiques : tel est le mandat de Village Monde, un réseau communautaire présent dans de nombreux pays, et qui a de grandes ambitions.

En mars dernier, lorsqu’André Couture débarque au Bénin, il a pour mission d’évaluer des villages et leurs infrastructures d’accueil pour Village Monde, un OSBL lancé en 2009 par un couple de néo-Québécois d’origine française.

André n’est peut-être pas un grand voyageur, mais il a l’esprit ouvert et il sait qu’en Afrique, il lui faudra mettre de côté ses références d’Occidental. « Première journée : déstabilisé; deuxième : charmé; troisième : désintoxiqué », résume-t-il. Désintoxiqué de quoi? Du rythme effréné du quotidien et des outils technologiques…

Trois jours à peine et le voilà plus confortable assis en tailleur sous un arbre à palabres que sur le matelas double épaisseur de son lit king. Mais ce qu’il réalise surtout, les jours passant, c’est l’impact réel, in situ, exercé par les activités de Village Monde. « J’ai compris sur le terrain ce que signifie l’expression tourisme responsable », dit-il.

Airbnb rural 

Bienvenue dans le «Communautourisme»!

Tourisme responsable : l’expression tendance, négligée par certains, galvaudée par d’autres, est au cœur de la mission de Village Monde, qui vise à favoriser des projets de microtourisme dans des villages et à créer ainsi un levier de développement économique et social durable, qui profitera à toute la communauté.

Ces projets se concentrent sur des solutions d’hébergement pour petits groupes, chez l’habitant – la famille du cultivateur ou du pêcheur – ou dans de petits lodges mis sur pied par la communauté. Les touristes sont donc accueillis dans un milieu naturel propice à la randonnée, la pirogue, l’équitation, la pêche, etc.

Le mode de fonctionnement de Village Monde s’apparente à celui d’une fondation, et non d’une agence de voyages. L’OSBL ne tire aucun bénéfice des transactions effectuées sur ses plateformes. « Notre mission est de mettre en relation des villageois désireux de développer leur offre touristique et des gens en quête d’authenticité, avides d’expériences de voyage inédites en solo. Une sorte de “réseau communautaire” fondé sur un désir d’échange réciproque », explique son cofondateur, Charles Mony. Au moment d’écrire ces lignes, Charles participait à la Transat Québec–Saint-Malo à bord du trimaran French Tech Rennes Saint-Malo, avec le skipper Gilles Lamiré.

Entrepreneur-né, Charles Mony a réussi en affaires et se sent investi d’une responsabilité sociale vis-à-vis des moins nantis. L’idée d’un tourisme villageois lui est venue à la suite d’un tour du monde en voilier avec femme et enfants. Il constate alors que les communautés d’Afrique ou d’Asie où il fait escale ont ce qu’il faut pour séduire les voyageurs du monde, mais manquent de moyens et d’expertise pour commercialiser leurs produits d’hébergement auprès d’une clientèle internationale.

De retour sur la terre ferme, Charles et sa conjointe Isabelle planchent sur un projet de plateforme Web interactive qui prend peu à peu la forme d’un « Airbnb rural », version équitable. Ils y croient tellement qu’ils y investissent leurs fonds personnels. Vaste projet, démesuré même si on considère l’infinie portée du réseautage.

Or, à bord de leur voilier, les Mony ont appris une technique simple pour braver les tempêtes et arriver à bon port : avancer un pas après l’autre et prendre le temps de consolider chaque action avant de passer à la suivante.

Ils mettent alors au point un label de qualité pour s’assurer que l’hébergement proposé par Village Monde correspond aux valeurs défendues par l’OSBL – retombées positives pour le village, autonomie de gestion, respect de l’environnement – et qu’il respecte aussi certains critères de confort et de sécurité.

En outre, les profits générés par les lieux d’hébergement doivent revenir à l’ensemble de la communauté par l’intermédiaire d’activités commerciales interreliées : agriculture, construction, transports, encadrement touristique, artisanat, etc. Voilà donc jetés les fondements d’une économie solidaire, participative et qui s’inscrit dans le long terme, un seul voyageur pouvant faire vivre 10 ou 15 familles lors d’un séjour.

Tembo Kijani, Tanzanie
Tembo Kijani, Tanzanie

Créé pour durer

Le long terme est d’ailleurs une autre obsession contagieuse que Charles et Isabelle ont su distiller à leurs employés, aux commanditaires, aux donateurs et aux bénévoles qui soutiennent le projet. « Ce réseau, nous le voulons durable dans tous les sens du terme : inscrit dans la durée sur le plan social, économique et environnemental, insiste Charles Mony. Plus qu’un produit, nous voulons créer un mouvement. »

Un mouvement qui peut contribuer à équilibrer les forces entre riches et pauvres et à instaurer une forme de solidarité entre les peuples. Ça tombe bien : 2017 sera l’année du tourisme durable pour le développement. Le microtourisme, instrument de rééquilibrage économique à l’échelle mondiale? Pourquoi pas. Grâce à lui, la communauté de Libertad, au Pérou, a ainsi récemment octroyé six bourses d’études à des jeunes.

Rééquilibrage économique, mais pas seulement : Village Monde nourrit aussi de grandes ambitions environnementales. « On réfléchit parfois avec les communautés locales à des solutions qui les aideraient à poursuivre durablement leurs activités », ajoute Charles Mony. Comme au Bénin justement, où la pratique du brûlis conduit à la désertification d’un milieu naturel exceptionnel. « C’est un réflexe de survie bien compréhensible des résidents, qui placent l’environnement au second plan, explique-t-il, mais à long terme, cela nuit à l’attraction touristique. »

Dans un contexte ou l’exploitation des ressources est souvent au cœur de l’industrie locale (forêts, mines), la création d’un tourisme villageois est également vecteur d’emplois structurants, ajoute Danièle Valiquette, directrice générale de Village Monde. « L’un de nos objectifs est d’aider à créer des emplois durables et à garder les jeunes dans leur terre natale. »

Pour ce faire, l’OSBL peut compter sur un financement public et privé offert par un large éventail de partenaires financiers (Programme Uniterra du CECI, Filaction pour du Capital Équitable, Caisse Desjardins de Charlesbourg, etc.) question de bonifier l’offre existante ou et de l’élargir et de soutenir ainsi les initiatives locales.

Ainsi, le club Rotary de Sainte-Foy vient d’annoncer une participation financière de 40 000 $ US pour la construction de trois lodges à Wolokoro, en Indonésie, dans le cadre du projet local Autonomie, mis en place par le Québécois Gilles Raymond et le gouvernement indonésien. « Ce projet reflète parfaitement les valeurs du partage social que nous défendons, explique Guy Riel, président du club Rotary de Sainte-Foy : il est englobant et il vise à soutenir les populations locales dans leur quête d’autonomie. »

Une nouvelle dont se réjouit Danièle Valiquette, grande voyageuse qui a sillonné quelque 86 pays, œuvré en développement international pour Oxfam et One Drop, vécu au Kenya et mené des missions en Afrique orientale. Les habitants de Wolokoro travaillent déjà à la mise sur pied d’une coopérative pour développer leur offre touristique et gagner leur autonomie.

D’autres projets similaires sont sur les planches de travail de Village Monde : Pérou, Bolivie, Mongolie, Népal, etc. Un véritable tour du monde qui tend à bonifier l’offre existante, ou à amorcer des projets, à dénicher des partenaires financiers et à faire connaître cette offre touristique au reste du globe. Une idée simple comme bonjour? Encore fallait-il y penser.

Village traditionnel de Bena, Indonésie
Village traditionnel de Bena, Indonésie

À savoir

Les réservations directes de Village Monde s’effectuent en payant 12 % du montant total de la facture d’hébergement, le reste étant versé une fois sur place. Pour nourrir ce réseautage communautaire, quiconque peut partager ses trouvailles d’hébergement rural avec les membres de Village Monde. Info et réservation : 418 317-6466 ou villagemonde.com.

La plateforme de Village Monde regroupe de nombreuses destinations dans 16 pays : Bolivie, Brésil, Burkina Faso, Colombie, Costa Rica, Équateur, Guatemala, Laos, Madagascar, Maroc, Nicaragua, Pérou, Sénégal, Thaïlande, Turquie, Viêt Nam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Restez informé!

ABONNEZ-VOUS À L'INFOLETTRE VIAGO

Recevez des chroniques, des concours et plus encore!

Suivez-nous sur

  • Facebook
  • Instagram